Nous sommes les pellicules d’acrylique et nous ressemblons à nos mères. Nous sommes les sacrifices de l’artiste, des résultats non attendus venant de passions passagères... Nous avions vu le jour mais pas encore la lumière...

À ma mère que j’aime.

Se manifester à corps et à cris.

Un voyage de combat en aller retour entre l’espoir et le doute.

Je tremble, grelotte, je frisonne et tremble encore, toujours fébrile, petite, j’étouffe, je pleure, morte avec l’univers, ma République, mon amour.